La naissance d’Abel

Aujourd’hui je vais vous parler d’un des plus beaux jours de ma vie , mon dernier accouchement.

IMG_3963 (1)
Dernière photo avec mes deux grands garçons

Tous mes accouchements ont été déclenchés, car ma première grossesse, c’est très mal terminée…. Le cœur de ma fille s’est arrêté sans aucune raison, même après autopsie. Du coup pour éviter que ça se reproduise, j’ai été déclenché pour mes trois garçons et je dois dire que c’était un soulagement, car j’étais stressé à mort!

Le 6 octobre 2016, après avoir déposé Elias et Ismaël chez papy et mamie, nous avons été à la maternité de Girac en Charente, j’avais rendez-vous à huit heures.

Je ne souhaitais pas la péridurale pour cet accouchement et j’étais très motivé à ne pas flancher.

Ma gynécologue Brigitte Fontaine m’avait réservé la salle nature. Elle possède un grand matelas d’à peu près 2 sur 3 mètres, une grande baignoire et d’autres accessoires pour soulager la douleur.

La première partie pour déclencher le travail, c’est d’introduire un ballonnet dans le col de l’utérus. Un ballonnet, c’est un espèce de petit ballon avec un grand tuyau, à introduire dans le col et à remplir d’eau. Il est utilisé quand le col n’est pas favorable au déclenchement et permet de l’ouvrir entre deux et trois doigts tout en douceur. Cela peut durer jusqu’à 12 heures avant de retirer celui-ci. J’ai eu cette méthode pour mes trois précédentes grossesses avec deux accouchements le soir même et un le lendemain.

Il est installé aussitôt mon arrivé, avant même d’avoir rempli les papiers et d’être installé dans une chambre ! Mon col était à peine à un doigt avant qu’elle me le mette. Je découvre ensuite cette fameuse salle nature, celle qui me faisait rêver depuis longtemps, mais les femmes qui viennent pour des déclenchements ne sont pas prioritaires, car c’est très rare de ne pas prendre la péridurale pour ce type d’accouchement… En effet pour mes deux garçons, je n’étais pas du tout soutenue par l’équipe médicale, j’avais donc  » échoué « . En effet, c’était une très grosse déception pour moi.

Vers 9 heures, à peine arrivé dans cette salle, je suis basculé à la maternité, car un déclenchement, c’est long et il y avait beaucoup de naissances… Je n’étais pas prioritaire ! J’étais dégoûté ! Nous voilà arrivés dans le service, la sage-femme pas du tout agréable, bah oui je lui faisais du boulot en plus mais je n’y étais pour rien !

Pour qu’il soit efficace rapidement, le mieux c’est de marcher un maximum, du coup on a fait le tour de l’hôpital encore et encore, monter et descendre les escaliers, pour que tout se mette en place rapidement.

Le ballonnet est retiré suivant l’avancement du travail. Comme la sage-femme ne venait pas quand je sonnais, je l’ai enlevé toute seule à 15 heures ^^! Oui, je voulais que ça bouge. Après avoir sonné encore plusieurs fois sans voir personne arrivé, j’ai été la chercher et en effet, j’étais presque à 3 doigts. Elle était contente, j’allais quitter son service et retourner en salle de naissance ! Je peux vous dire que j’ai fait remonter mon ressenti sur cette personne !

Me voilà enfin arrivé en salle de naissance, à 17 heures, oui c’est long … Il y a beaucoup de naissances ce jour dont quatre déclenchements. Pose de la perfusion pour déclencher les contractions, je n’en avais toujours aucune… Pour certaines femmes, le ballonnet en provoque, moi ça n’a jamais fonctionné !

À 19 heures, les contractions commencent… enfin !!! Je les vois sur le monitoring, mais je ne sens absolument rien ! Je voulais être mobile jusqu’au bout, mais je n’échappe pas au monitoring avec mes antécédents. Je suis sur mon ballon et je fais des rond, des huit avec mon bassin, tout en discutant et en rigolant avec mon homme.

Vers 21 heures, je commence le traitement homéopathique que la sage-femme spécialisée m’avait prescrit, pour limiter un maximum la douleur.

Les heures passent, le travail continue… Je ne sens toujours absolument rien et pourtant je suis à 9 !!! Les sages-femmes n’en reviennent pas ! C’est la première fois qu’elles voient quelqu’un ne pas avoir mal à ce stade (c’est pour moi aussi une première), du coup elles sont plusieurs à venir faire un tour dans notre salle pour voir si c’est bien vrai^^. Il est à peu près 1 heure du matin, Abel naîtra le 7 octobre, c’est une certitude ^^.

Mais à partir de ce moment, je n’ai plus d’homéopathie et la douleur arrive comme des chevaux aux galops !!! J’ai eu terriblement mal, elle me donne le masque méopa, mais d’une il ne me faisait rien en m’empêchait de bien respirer. Je sens que ça pousse, les contractions sont super efficaces, on se met en place, je m’allonge, je sors avec beaucoup de mal la tête à Abel et la, j’ai l’impression que je n’arriverai jamais à sortir mon fils tellement j’ai mal !!!! Je me sentais mal, j’avais tellement mal!!! Elles m’encouragent, mon mari aussi et Abel est né à 2h26 le 7 octobre 2016.

IMG_3982 (1)

Mon dernier bébé était allongé là sur moi, en vie et magnifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *